livre à lire psy ? qu'est-ce qu'être un psy psychanalyse psychologie psychopathologie

Les pervers narcissique ou le livre à ne pas lire

Les pervers Narcissiques, de Jean Charles BOUCHOUX ou le livre à ne pas lire.

Voilà bien un livre à ne pas acheter et à ne pas lire… Et si on vous le prête n’hésitez pas une seconde à le mettre à la poubelle. 
Mon propos va faire controverse... 
0 divan / 10 

Expliquons cela…

Attention : je pars du postulat que nous devons prendre en compte la souffrance du sujet que l’on rencontre et sa réalité à lui, non la réalité extérieure. Cela veut dire que nous pouvons nous tromper parce que nos sens mêmes nous trompent. Mon but premier comme psychologue n’est pas de parler de celui qui n’est pas là, mais à celui qui est justement en face de moi, de sa souffrance comme sujet. Et de faire en sorte qu’il redevienne sujet de son histoire. Histoire qu’il semble avoir perdue au moment de sa rencontre première…


Ce concept de pervers narcissique est d’une certaine manière un pléonasme. Mais surtout aujourd’hui un concept fourre-tout, voir une conceptualisation du concept de bouc émissaire. Cela ne va pas bien dans mon couple, je n’ai absolument rien à y voir, c’est forcément la faute de mon conjoint. Étrangement, il y a beaucoup plus d’hommes dans cette situation que de femme. Je dis étrangement parce qu’il me semble étrange que tous les hommes qui quittent une femme soient un pervers et narcissique de surcroît, et qu’il y ait très peu d’hommes qui disent avoir été la victime d’une femme pervers narcissique.

78162090

Pour être très honnête avec vous, j’ai déjà rencontré des psychotiques, des psychopathes, des sociopathes (peut-être, parce que c’est un terme américain et que les gens que j’ai rencontrés étaient français), des pervers, des états limites, des hystériques, des narcissiques, des obsessionnels, des phobiques…Mais jamais j’ai rencontré de pervers narcissiques. À croire que cet épouvantail, n’existe que dans la pensée populaire, comme une légende urbaine : « l’ex de ma copine Cindi, la cousine de ma coiffeuse qui est la sœur de mon chiropracteur, bah elle était avec un pervers narcissique, c’est son médecin qui lui a dit ! »

Non, Cindi était certainement dans une mauvaise relation et au lieu de remettre en question l’amour qu’elle avait pour cet homme, elle a persisté à nier le savoir qu’elle avait sur lui. Il avait beau tenir un joli discours, mais n’était pas digne de confiance…Alors pourquoi rester…

Le livre de M. Bouchoux explique très bien pourquoi Cindi (personne hypothétique) serait restée avec un tel prédateur. Mais n’explique absolument pas pourquoi Cindi comme sujet de son histoire, a arrêté d’être le sujet de son histoire. C’est d’ailleurs l’un des points qui me choque le plus dans ma position à la fois de psychologue, d’éthicien, et d’étudiant en psychanalyse : on fonde une nosographie, et une structure entière sur la réalité du patient, et non celle dudit pervers narcissique, plus communément appelé PN aujourd’hui.

Eh bien oui ! Personne ne semble avoir rencontré ce fameux PN, la seule personne qui semble l’avoir fait c’est l’inventeur du concept, Racamier. Et Racamier ne parle pas du PN comme étant une analyse structurelle comme telle, mais un questionnement plus institutionnel. En tous les cas à chaque fois que j’en parle avec différents collègues aucun ne semblent en avoir reçu dans son cabinet.

Du coup le livre de Bouchoux est un torchon, un roman, qui vous compte de belle histoire, comme celle de cendrillon. Je ne dis pas qu’il n’y a rien à entendre des contes, mais qu’il ne reste que des contes, qui ne rendent pas compte de la réalité, mais d’une forme de réalité. On ne peut pas faire l’analyse d’une personne que l’on n’a jamais rencontrée. On peut en faire une hypothèse, pour aider le patient, à comprendre qui il a rencontré selon sa réalité à lui, pour pouvoir se positionner. Mais le but de cela n’est que dans mes derniers mots, comprendre sa position face au « monstre » qu’il a rencontré. Parce que oui, chacun à notre échelle, avec nos réalités, nos angoisses, nos fantasmes nous pouvons rencontrer des monstres qui vont nous terrifier, nous attaquer, nous réduire, nous faire du mal, nous maltraiter…Mais rien ne dit que ce monstre est réel malheureusement.

Il faut noter que dans la réalité, il n’y a pas tant que ça de vrai pervers qui vont s’amuser à vous détruire, en tous les cas il y en a certainement moins que d’utilisation de mot Pervers Narcissique.

Si vous vous intéressez vraiment à la question, lisez directement le livre de RACAMIER : le génie des origines. Ou encore Influence et manipulation qui reste beaucoup mieux de Robert Cialdini…

Pour aller plus loin vous pouvez lire aussi :

 

Vous pourriez également aimer...